Meeting | Igor Moto Dynamique

published 14/06/2016 | last modified 24/06/2016

IMAG3256_1300_735
Igor de Moto Dynamique à Sioniac (Corrèze)

Parfois, au détour du web, un bouclard retient votre attention. Ca a été le cas de Moto Dynamique : de vieilles motos Harley-Davidson semblaient littéralement revenir à la vie, en passant du stade de quasi-épaves au stade de fringantes pouliches. Les photos témoignent d’un savoir-faire à la fois global et très pointu. Quand, en plus, le mec au téléphone est super sympa et t’accueille volontiers pour discuter, il n’en faut généralement pas plus pour que je me déplace !

Igor, quel est ton parcours ?

J’ai toujours voulu rouler en moto. A 18 ans j’ai passé le permis (en Hollande, d’où je suis originaire) et je me suis acheté un “1000 fonte” de l’époque Shovel. A l’époque l’Evo 1340 venait de sortir et plus personne ne voulait de Shovels ! J’ai débuté chez HD à Rotterdam, avec un patron qui connaissait les Shovels, Panhead et consorts absolument par coeur. Je me suis formé sur le tas et, à ce jour, je suis capable de tout faire (seule la peinture est sous-traitée), tant au niveau de la motorisation que de la partie cycle. Je suis installé à mon compte à Sioniac (Corrèze) depuis 4 ans.

Quel est ton coeur de métier ?

Les Harley avant l’Evo 1340 : les Shovelhead, Panhead, Knucklehead. Je fais de la restauration, de l’entretien, et des préparations. Ma clientèle vient de toute la France, et un peu de l’étranger également. J’acquière des motos, je les refais entièrement, et je m’assure de leur parfait fonctionnement avant de les vendre. Mes motos sont roulantes ! je tiens à le préciser.

Pourquoi ce type de motos précisément ?

Je considère que les motorisations Harley-Davidson de cette époque, sont les meilleures : sonorité, caractère moteur, endurance. Le Shovelhead est un moteur exceptionnel que j’estime en tant que mécanicien. Selon moi, à compter de l’Evolution 1340, Harley-Davidson a sorti des moteurs de plus en plus linéaires, avec une réduction croissante de la qualité. Dans 50 ans, un Twin Cam sera bon pour la poubelle. Un Shovel, non.

Mais ce moteur Shovelhead, qu’a-t-il donc de si extraordinaire ?

Le Shovelhead est un moteur générateur de sensations. Son couple est plébiscité car ça pousse sévère ! Les vibrations remontent de la moto et fourmillent dans tout ton corps. Enfin, sa sonorité et son ralenti sont uniques, ils font référence chez Harley. C’est un moteur jouissif et ça n’est pas un hasard si, après l’avoir essayé, beaucoup de harleyistes roulent exclusivement en Shovel.

Pourtant, le Shovel traîne une drôle de réputation en terme de fiabilité…

Le moteur génère des vibrations qui se répercutent partout, par conséquent, on ne roule pas sur longue distance sans trousse à outils. Il faut savoir resserrer ici, re-régler cela. Ca n’est jamais grave, c’est une simple habitude à prendre.

Après, il lui arrive d’être un peu capricieux mais jamais très longtemps :) Un Shovel qui roule régulièrement ne s’en porte que mieux.

Abordons enfin sa réputation de “pisseur d’huile”. Tout d’abord, compte tenu des vibration et de cette dualité fonte/aluminium (la culasse et le bas-moteur sont en fonte, les cylindres et les pistons en aluminium), un Shovel “transpire” un peu l’huile, ce qui signifie qu’on va retrouver un peu d’huile sur les cylindres. Et puis, après avoir roulé, ce moteur laisse goutter un peu d’huile au niveau du reniflard et au niveau du primaire. C’est tout à fait normal du point de vue de la conception du moteur : un petit trou permet d’évacuer l’huile en surplus de la transmission primaire. Il ne s’agit pas d’un dysfonctionnement, au contraire !

Et tes motos viennent d’où ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, elles ne viennent pas des Etats-Unis, mais d’Europe.
Il faut bien comprendre que les moteurs Shovel ont été fabriqués entre 1966 et 1984 : il est donc très rare de tomber, en 2016, sur un moteur 100% d’origine ! Tous ont été plus ou moins refaits. Et mon sentiment est que les mécaniciens européens qui ont retouché ces moteurs, on fait du meilleur travail que les mécaniciens outre-atlantique.

Quel est le principal conseil que tu donnerais à un jeune qui veut se lancer dans la mécanique moto ?

J’en donnerais deux.

Le premier, c’est de croire en ce que tu fais. Si tu fais les choses bien, à fond, tu finiras toujours par vivre honorablement de ton art.

Le second, c’est de bien choisir sa clientèle. Si tu travailles chez HD en concession, les clients achètent des motos relativement chères, sous garantie, et exigent qu’elles fonctionnent. Les opérations mécaniques effectuées sur la machine, ne les passionnent pas vraiment. La moto doit démarrer, rouler, freiner, etc…
Quand tu travailles sur des machines vintage, la relation avec le client est différente car ce dernier s’intéresse aux opérations effectuées, au pourquoi du comment. Je trouve cela plus gratifiant. Mais le métier est plus complet, plus exigeant. Il faut plus de souplesse qu’en concession : un client peut te “tenir la jambe” au téléphone pendant 2 heures, pour te demander de l’aide… Il faut savoir prendre le temps.


*********

Cet entretien me fait porter un regard nouveau sur le Shovelhead. Hier, je le déconsidérais, aujourd’hui, je n’ai qu’une hâte : en essayer un ! Un petit tour sur le boncoin.fr me confirme que ces motos cotent sacrément, mais qu’un beau shovelhead refait à neuf, coûte encore 10 000 euros moins cher qu’une Harley-Davidson neuve haut de gamme. Je pense alors à la diversité de la clientèle Harley, qui va du collectionneur au bourgeois aisé, en passant par le ‘roots’ smicard qui ne roule qu’en ‘vieille’ et qui n’hésite pas à avaler des bornes pour aller en concentrations retrouver ses potes. Je considère cela comme une richesse. Quelle marque peut s’enorgueillir d’une telle quantité d’afiçionados, si ce n’est Harley-Davidson ?

IMAG3260_1000fonte_1300_735
“1000 fonte” mais en realité, tous les Shovels présentent cette dualité fonte-aluminium
IMAG3261
FLH Electra Glide de 1976 à 12 000 €. Il faut être fou pour dépenser plus !