Trip | Descendre dans le Var

published 09/04/2021 | last modified 02/06/2021

J’ai un très bon ami qui habite le Var.
La question se pose donc, a minima une fois par an : “Par où descendre ?”.

Solution UN : l’autoroute (5 heures)

Solution à privilégier si la météo n’est pas au rendez-vous.

Eléments à prendre en considération :

  • le vent, qui peut être une vraie plaie dans le couloir rhôdanien (à partir de Valence) ; il est souvent au rendez-vous.
  • les radars, qui évoluent (position, taille…), notamment au sud de Lyon.
  • la traversée de Lyon, qui est d’une lenteur exaspérante avant mais surtout après Fourvière…

Rajoutez à cela le prix de l’essence (personnellement je consomme beaucoup plus sur autoroute), le prix du péage, et l’ennui : bref, je ne recommande pas.

Solution DEUX : Grenoble par l’autoroute puis via le Vercors et les Baronnies (6 heures)

Descendre jusqu’à Grenoble par l’Autoroute puis bifurquer sur l’A51 en direction de Monestier de Clermont. L’autoroute monte rapidement dans les reliefs et vous abordez le Vercors de la meilleure des façons. Ensuite c’est gros kiff sur des grandes courbes rapides pendant une bonne heure sur la D1075, qui vous emmènera dans le Var.

Les avantages sont nombreux :

  • Vous démarrez par 2h d’autoroute (c’est jouable au début) et ensuite vous la quittez pour ne plus y revenir.
  • Si vous avez un peu de temps à perdre, flânez dans le Vercors et faites-y la pause déjeuner ; on se croirait vraiment au Far-West. A voir impérativement : Saint-Andéol et ses “dents” (“Crête des rochers de la Balme”) qui valent bien des paysages alpins.
  • Certains “détours” sont tout à fait incontournables, comme la portion qui va de Clelles à La Mure : viretons à gogo et bitume de première qualité.
  • Pourquoi ne pas carrément faire étape ? A hauteur de Clelles, un ‘resort’ (un big hôtel avec piscine quoi…) vous accueille et vous permet de démarrer votre roadtrip par une fiesta monstre :) Donnez-y rendez à vos potes, y compris ceux du Var ! Ainsi vous vous redonnez du temps pour explorer à fond les petites routes jusqu’à votre destination finale.

Une fois ce terrain de jeu épuisé, vous continuez sur la D1075 qui vous fera également traverser le Parc des Baronnies Provençales. Là aussi, reliefs remarquables, quoiqu’un peu moins exceptionnels que ceux du Vercors.

Et vous taillez toujours plus au Sud : ça va s’urbaniser de plus en plus, l’intérêt décroît un peu et vous voilà arrivé dans le Var, terrain extrêmement propice à la moto. J’en veux pour preuve que les Gorges du Verdon s’offrent à vous.

Je me note qu’il faut que je fasse les Gorges de la Méouge près de Sisteron, entraperçues mais pas davantage.

Solution TROIS : Bollène par l’autoroute puis via Vaison-la-Romaine, Sault… (8h+)

Cette solution présente deux inconvénients : tout d’abord, vous allez vous fader 3h d’autoroute avant de sortir et vous faire plaisir. Mais une fois sorti, c’est le pied intégral jusqu’au Var. Personnellement j’ai déjà fait ce parcours à de multiples reprises donc je souhaite varier. Mais sinon il est à faire, sans hésitation.

“Et le second inconvénient ?” me direz-vous. Le temps : compter 3h d’autoroute et 4 à 5h de petites routes. A la fin, vous êtes rétamé, à plus forte raison si votre position de conduite est un peu “extrême”. Paramètre à prendre en compte si vous ne souhaitez pas gâcher vos dernières dizaines de kilomètres et prendre des risques inutiles, le cul talé et la poignée dans le coin pour arriver plus vite.

Voilà mon expérience perso et si vous avez d’autres plans, je suis toujours preneur d’info :)